Jean Louis Frot, Rochefort au coeur

livingincognac Jean Louis Frot Rochefort

Il a façonné “sa ville” non pas pour y laisser une trace pour la postérité, Jean-Louis Frot est avant tout un homme d’action, pragmatique et enthousiaste. C’est un visionnaire, porté par une énergie farouche et un amoureux fou de Rochefort. Maire pendant 24 ans après avoir été premier adjoint pendant 6 ans, il a redonné sa fierté à une ville tombée en désuétude par les vicissitudes de l’histoire et lui a fait retrouver une place de choix en pariant sur l’économie et le patrimoine. Jean Louis Frot achève aujourd’hui son second livre et imagine sa ville dans 30 ans.

Si vous pensez rencontrer un vieux sage retiré dans sa thébaïde, passez votre chemin : Jean Louis Frot vous parle du passé pour mieux se projeter dans l’avenir encore et toujours. Après son ouvrage sorti en 2004, “30 ans de passion” que j’avais eu le plaisir de médiatiser,  il met la touche finale à la suite : sortie prévue à l’automne prochain.

livingincognac Jean Louis Frot

 

Lorsque je suis venue le voir, il y a deux semaines, il a tenu à me montrer le manuscrit achevé et les photos qu’il termine de sélectionner.

livingincognac Jean Louis Frot

Son bureau est envahi de livres, documents, photos, cadeaux d’amis liés à ses autres passions dont celle du vélo dont il était un fervent pratiquant. Passer un moment avec lui est toujours intellectuellement enrichissant, et l’humour dont il ne se départit jamais rend la conversation savoureuse.

livingincognac corderie royale archives

Pour lui, Rochefort, créée par Colbert ” n’aurait jamais du exister”  si l’industrieux ministre de Louis XIV n’y avait pas cru et ne l’avait pas imposée contre l’avis de beaucoup.

Lorsqu’il me parle de l’énergie farouche de Colbert pour construire une ville arsenal sur les marais, à quelques kilomètres de l’océan, à l’abri des flottes ennemies, je ne peux m’empêcher de voir se dessiner en creux, son propre portrait !

 

 

 

En 30 ans d’action municipale il a sorti la ville de sa torpeur et de ses affres pour en faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

livingincognac Rochefort

La mairie a été quasiment sa seconde maison pendant des années. On retrouve la place dans plusieurs scènes des “Demoiselles de Rochefort”.  Jean Louis Frot avait prêté son bureau de maire,  et le fameux duo des jumelles y a été tourné, un souvenir précieux pour lui. https://youtu.be/9h1ajXIxzL4

 

L’histoire de la reconstruction de la corderie royale

“La corderie royale, ce n’est pas Chambord, c’est une usine du XVII ème siècle, il ne faut jamais l’oublier” martèle-t-il. La ville a été construite dans une démarche économique, industrielle, et pour Jean Louis Frot, c’est son ADN “il faut que l’on reste sur le domaine industriel, ne pas s’en écarter”

Le bâtiment spectaculaire par ses dimensions, 374 m de long pour 8 mètres de largeur, a fourni pendant plus de 2 siècles les cordages pour la Marine Nationale.

livingincognac La Corderie RoyaleL’apparition des cordages en acier et l’arrivée des navires à vapeur ont définitivement signé l’arrêt de mort de l’activité, puis la fermeture de l’arsenal de Rochefort en 1927. Le bâtiment abandonné dans un espace militaire interdit d’accès, fut incendié en 1944 par les troupes allemandes. En 1967, l’amiral Dupont le fait classer in extremis Monument Historique, lui évitant ainsi une destruction certaine.

Lorsque Jean Louis Frot arrive à la mairie, le bâtiment est une ruine envahie par la végétation  et une route à 4 voies est envisagée passant entre les ruines et la Charente !

livingincognac La Corderie Royale

Photo d’archives extraite du livre Rochefort, 30 ans de passion

Impensable pour l’équipe qui venait de prendre en mains la destinée de la ville. En 1972, la mairie rachète le terrain, le parc et les bâtiments à la Marine Nationale. Le chantier de restauration, immense, commencera en 1976, il durera 11 ans.

Pour Jean-Louis Frot, l’avenir de Rochefort passait obligatoirement par la reconquête de son patrimoine maritime considérable, la tâche s’avérait donc écrasante. Qu’à cela ne tienne, rien ne rebuta l’équipe.  Le contrat “ville moyenne” allait donner l’impulsion financière de départ, la volonté, la pugnacité et la créativité allaient faire le reste. Peu de temps auparavant, les salines d’Arc-et-Senans en Franche Comté, venaient d’entrer en restauration. Ce qui était possible là pouvait l’être également à Rochefort… Ce fut un travail colossal car non seulement le bâtiment devait être reconstruit dans les règles de l’art, mais son environnement devait être complètement revu : deux constructions sans intérêt architectural existaient à l’arrière, une voie ferrée desservant l’ancien arsenal traversait l’espace, des préfabriqués appartenant au lycée proche, un terrain de tennis étaient très présents et visibles… Tous les espaces n’appartenaient pas à la municipalité. Qu’à cela ne tienne, Jean Louis Frot et son équipe engagent le processus d’acquisition et en 1982 l’essentiel était réalisé.

Le Jardin des Retours

Soutenue constamment par le Ministère de la Culture pour ce projet de restauration d’envergure, l’équipe lance alors un autre chantier, celui du Jardin des Retours. Un autre défi long et difficile, parsemé d’embûches,  mais aujourd’hui, cet espace fait partie intégrante de l’endroit qu’il magnifie.

livingincognac corderie royale archives

 

Photo d’archives extraite du livre Rochefort, 30 ans de passion 

livincognac La Corderie RoyaleC’est  une promenade très appréciée par les rochefortais et les touristes. Lorsqu’on s’y trouve, quelle que soit la saison, on ne peut être que frappé par l’esprit de cohérence et le classicisme du lieu, comme une évidence. livingincognac RochefortCela montre à quel point Jean Louis Frot et son équipe ont été novateurs, tenaces et persuasifs, pour imaginer ce lieu vivant et magique dans des ruines et un immense terrain à l’abandon.

livingincognac La Corderie Royale

Une ténacité à toute épreuve

Comment mieux illustrer la capacité de bousculer les codes et les fausses évidences dont fait preuve cet homme passionné avec l’exemple de cette reconstruction.  “j’ai du lutté contre mes impatiences, au départ” confie-t-il. Lui, l’homme d’action trouvait que le chantier n’allait pas assez vite, non pas celui de la reconstruction proprement dite, mais les négociations parfois léonines pour acquérir les terrains, les financements à trouver, les discussions pour mettre tout le monde d’accord… “En fait, instaurer la notion de temps est capitale, c’est ce que l’on apprend au fur et à mesure, je ne regrette rien”

Mais il ne s’est pas arrêté là. Outre son action économique capitale pour la vie de Rochefort, et sa passion viscérale pour les entreprises, Jean Louis Frot est l’artisan, l’un des “papas” d’un projet encore plus fou, mondialement connu, la reconstruction à l’identique de la frégate de l’Hermione qui transporta le marquis de La Fayette venu prêter main-forte aux “insurgés” à l’origine de la création des Etats-Unis d’Amérique.

L’Hermione, frégate de la liberté

Il est toujours très modeste et se réfugie sur le collectif, mais il m’a raconté un jour que l’idée a commencé à germer un soir, en marchant le long de la Corderie Royale en compagnie de 2 autres acolytes. “On a reconstruit l’arsenal, c’est bien mais un arsenal sans bateau…. il nous faut un bateau”. 

Le maire est quasiment hanté par le tableau de Vernet, illustrant la grande époque de la Corderie Royale et de l’arsenal de Rochefort. Lorsqu’il m’en parle, son regard se porte au loin, il est dans ce fameux tableau !

En 1987, la Corderie Royale est habitée par des institutions de renom : outre la CCI, se trouvent également le Conservatoire du Littoral, la LPO, et le Centre International de la Mer, centre culturel de rencontre qui va prendre une place centrale dans cette épopée. Créé en 1984, son premier président est l’écrivain passionné de mer Paul Guimard. Erik Orsenna lui succèdera en 1990 “bouillonnant d’intelligence et de projet” me dit Jean Louis Frot.

Pour construire un bateau il faut également pouvoir disposer des formes de radoub, totalement envasées, inutilisées depuis des lustres, mais dont la ville n’est pas propriétaire. Les négociations sont complexes, du fait d’un problème de dépollution à organiser avant ou après le dévasement, un problème d’oeuf et de poule en somme….

livingincognac Rochefort

Extrait du livre Rochefort 30 ans de passion

C’est l’amiral Duthu, qui juste avant son départ de Rochefort  permet de débloquer la situation : “cet homme a eu l’extrême intelligence de dire oui à notre ultime proposition, ce jour là  je ne lui aurai pas sauté au cou, mais presque !” raconte Jean Louis Frot, l’oeil encore pétillant de malice.

livignincognac Rochefort

Bref, tout est réuni pour envisager une utopie, et c’en est une. “Nous savions que de l’idée à sa réalisation, les difficultés seraient nombreuses et qu’il faudrait du temps. Nous avions la référence des onze années de la Corderie. Nous étions persuadés que nous saurions faire preuve de patience et de détermination”

L'Hermione Living in cognac

Et il en a fallu : de la création de l’association Hermione La Fayette en 1992 au voyage inaugural aux USA en 2015, 23 ans se sont écoulés.  Ce bateau, porteur de valeur de liberté, est devenu au fil de sa construction un formidable projet collectif, réalisé sous les yeux des spectateurs dont un certain nombre d’entre eux ont adhéré, même de façon symbolique, à l’association.

Les “papas”, Jean Louis Frot, Erik Orsenna président fondateur, Bénédict Donnelly, président de l’association pendant 22 ans,  ont fait appel au malouin Raymond Labbé, célèbre constructeur naval  de la réplique du bateau de Surcouf, le Renard et qui jusqu’à son décès en 2005, a accompagné cette aventure. Citer tous les partenaires seraient trop long ici, mais bien entendu comment ne pas parler de François Asselin, pdg de l’entreprise éponyme, qui venait de succéder à son père à la tête de la charpenterie familiale lorsqu’il a relevé ce pari fou.

livingincognac l'Hermione

Jean Louis Frot était à Boston pour l’arrivé de l’Hermione en juillet 2015. Il en parle encore avec beaucoup d’émotion ” Ce fut un moment inouï. Alors que je regardais le bateau et toute la foule autour, ainsi que celle présente à la réception officielle , je me souvenais de mon premier voyage 10 ans auparavant pour tenter de convaincre des mécènes américains. Le maire de l’époque m’avait reçu avec beaucoup de scepticisme et nous n’avions pas ramené grand chose à l’époque… Il avait du nous prendre pour des fous. Bon, on l’était quand même un peu, mais on y croyait et on avait raison !”

Je suis allée avec Jean Louis Frot sur l’Hermione à quai, l’hiver suivant son retour des USA. Bien que le temps fut gris et froid, des visiteurs suivaient avec attention le guide à bord. Nous étions tous les deux près de la barre, quand soudain le jeune homme aperçu Jean Louis Frot. “Alors là, vous avez une chance incroyable et je ne vous ferai pas payer un supplément, mais  vous avez en face de vous en chair et en os le papa de l’Hermione” s’écria-t-il. Aussitôt les smartphones se tournèrent vers nous, je me suis écartée et Jean Louis Frot opposa de grandes dénégations  aux touristes en souriant ” je ne suis pas le seul, et puis je suis un vieux monsieur maintenant, prenez plutôt le bateau en photo et parlez en autour de vous, il faut qu’il vive encore très longtemps”. Puis il est revenu vers moi et il m’a montré sur le quai un nouveau chantier, privé celui-ci.

“C’est Stelia qui s’agrandit, on va prendre la voiture, je vais vous emmener, c’est important de ne jamais oublier que Rochefort c’est l’industrie, depuis toujours, il faut conserver ce qui fait son identité”

Incorrigible Jean Louis Frot, qui a su puiser dans le passé de sa ville pour lui donner les clés de son développement futur.

Cher Jean Louis, j’attends avec impatience votre prochain livre, et surtout, surtout, restez comme vous êtes, ne changez rien et portez vous bien.

 

2 Comments, RSS

  1. Frot Pierre 16 septembre 2018 @ 17 h 22 min

    C’est avec beaucoup d’émotions que je viens de feuilleter ce magnifique reportage. Jean-Louis avait Rochefort et son département vissés au corps. Il fut le Grand Serviteur de Rochefort, Il lui a donné sa Vie. Merci Jean-Louis, j’ai toujours eu pour toi une très grande admiration. Ton frère Pierre

    • Anne Frangeul 17 septembre 2018 @ 11 h 02 min

      Merci pour votre témoignage sur ce blog. je ne savais pas que je rencontrai votre frère pour la dernière fois. Nous avons échangé par téléphone après la publication de l’article, il tenait beaucoup à ce que son livre sorte. Je vous laisse un message plus long sur votre boite mail. Anne

Votre email ne sera pas publiée. Champs requis *

*