La Corderie Royale de Rochefort

livingincognac La Corderie Royale

C’est un endroit magique qui revient de très loin. Plus long bâtiment industriel d’Europe jusqu’au XX ème siècle, la Corderie Royale abritait la fabrication des cordages pour les vaisseaux de la marine royale. Incendiée en 1944, laissée à l’abandon pendant 20 ans, elle est devenue aujourd’hui le coeur patrimonial et vibrant de Rochefort.

Un bâtiment unique et étonnant

Il faut en faire le tour pour comprendre toute l’originalité du bâtiment construit au 17 ème siècle dans le plus pur style classique : 374 mètres de longueur pour… 8 mètres de largeur.

livingincognac La Corderie RoyaleInstallée en bord de Charente, construite sur un terrain instable, la Corderie Royale repose sur un radeau de pièces de chêne de 30 centimètres de diamètre, solidement enfoncées dans la vase.

livingincognac La Corderie Royale

Les vicissitudes des siècles lui donne une perspective quelque peu penchée à certains endroits, ce qui lui confère un charme certain.

livingincognac La Corderie Royale

Avec les formes de radoub, elle fait partie intégrante de l’Arsenal, voulu par Colbert pour construire et armer les navires de la Royale, à l’abri des canons étrangers. Protégé dans l’estuaire sinueux de la Charente, à quelques kilomètres seulement de l’océan, l’arsenal a été une pièce maîtresse de l’histoire militaire nationale.

Une usine de cordages

L’activité de cordage était essentielle dans la construction des navires : les plus importants nécessitaient 100 kms de cordage ! Ces cordages de 195 mètres de long chacun devaient être réalisés d’un seul tenant. La technique de fabrication nécessitait de réunir plusieurs brins de chanvre ensemble, à la manière d’une tresse, il fallait donc disposer d’une longueur d’au moins 270 mètres pour tresser la corde. Le bâtiment a donc été conçu en 3 parties, une aile principale pour tresser la corde et deux pavillons plus larges à chaque extrémité : côté nord pour stocker le chanvre et côté sud pour réaliser le goudronnage du cordage.

 

La librairie maritime

Il faut absolument visiter le Centre International de la Mer, espace muséographique, qui vient juste d’être rénové. Vous pourrez même essayer de réaliser un cordage ! De très belles expositions thématiques y sont également proposées. Mais mon endroit préféré est la librairie maritime.

livingincognac La Corderie RoyaleJ’aime ce lieu d’une grande sérénité dans lequel je fais toujours des découvertes qui m’enchantent. C’est une belle manière de voyager autour du monde en restant dans un même lieu : littérature et récits de voyage, livres d’histoire maritime, ouvrages pédagogiques liés notamment à l’environnement, livres pour les enfants, cartes maritimes, lithographies…

livingincognac La Corderie Royale

livingincognac La Corderie Royale

Pierre Loti, dont la surprenante maison rochefortaise est en cours de recherche de financement pour sa restauration, est en bonne place. Officier de marine et écrivain, il est chez lui dans la librairie maritime.

 

 

livingincognac La Corderie Royale

 

Et bien évidemment une place de choix est réservée à l’aventure de l’Hermione.

livingincognac La Corderie Royale

L’Hermione ou comment faire vivre une utopie

La Corderie Royale superbement restaurée, puis l’aménagement paysager qui lui sert d’écrin achevé,  comment poursuivre cette formidable aventure patrimoniale et historique ? et pourquoi pas un bateau ? et ce fut l’Hermione. Là encore, le temps fut long entre le début de la construction et la traversée inaugurale vers les USA, presque 20 ans ! Ce chantier exceptionnel suivi par les visiteurs, dont beaucoup sont devenus membres de l’association et donateurs, a fait revivre l’activité de l’arsenal et redonner une identité à la ville de Rochefort.

livingincognac-2016-hermione

L’Hermione, frégate de la liberté

“Du premier moment ou j’ai entendu prononcer le nom de l’Amérique, je l’ai aimée. Dès l’instant où j’ai su qu’elle combattait pour la liberté, j’ai brûlé du désir de verser mon sang pour elle. Les jours où je pourrai la servir seront comptés par moi, dans tous les temps et dans tous les lieux, parmi les plus heureux de ma vie” La Fayette

 

L’Hermione témoigne bien évidemment de l’amitié franco-américaine et de l’histoire des deux pays. C’est en effet en 1780 que le Marquis de La Fayette s’embarqua sur l’Hermione devant la Corderie Royale pour partir prêter main-forte aux “insurgés” qui se battaient pour s’affranchir de la tutelle de l’Angleterre. Pendant 2 ans, entre Boston, et la baie de Chesapeake siège d’une bataille décisive,  l’Hermione aida les américains dans leur conquête, appuyant les troupes françaises conduites par Rochambeau et de Grasse auprès des américains. Puis elle retraversa l’Atlantique et escorta des navires faisant route vers les Indes, avant de sombrer au large des côtes françaises Elle reste pour toujours un symbole très fort de l’histoire des Etats-Unis avec le Marquis de La Fayette.

Jean Louis Frot, un des “papas” de l’Hermione

Si ce navire originel a inscrit son nom dans l’histoire, sa reconstitution de nos jours est l’expression d’une aventure collective hors du commun. Ils étaient très très peu au départ et leur idée souleva plutôt le scepticisme. J’ai la chance et le privilège de bien connaître celui qui en est à l’origine, l’ancien maire de la ville, un visionnaire pugnace et diablement efficace qui a su fédérer les énergies nécessaires pour faire de ce rêve une réalité.

Je vous emmènerai prochainement à sa rencontre. Amoureux fou de sa ville, celui qui en a été le maire pendant 24 ans après avoir été 7 ans premier adjoint, a redonné sa fierté à une ville en lui faisant retrouver son passé historique industrieux et ouvert sur le monde. Il termine actuellement un second ouvrage  après celui publié en 2004 et intitulé tout simplement : Rochefort, 30 ans de passion. livinincognac jean louis frot anne loloum frangeul

et en bonus, l’arrivée de l’Hermione à New York en juillet 2015

 

 

 

One Comment, RSS

  1. Pingback/Trackback

    20 mars 2018 @ 19 h 51 min Répondre

Votre email ne sera pas publiée. Champs requis *

*